CHRISTOPHE BELLISSENT CENTRE D HYPNOSE DIJON QUETIGNY 2 BIS RUE DU CAP VERT 21800 QUETIGNY INFORMATIONS ET RV AU : 06 80 53 97 40
CHRISTOPHE BELLISSENTCENTRE D HYPNOSE DIJON QUETIGNY2 BIS RUE DU CAP VERT 21800 QUETIGNY                                     INFORMATIONS ET RV AU : 06 80 53 97 40

 

CHRISTOPHE BELLISSENT 

 

CENTRE D HYPNOSE DIJON BOURGOGNE

2 Bis rue du Cap Vert

21800 QUETIGNY

 

CENTRE D HYPNOSE EN OCCITANIE

27 rue Jean MOULIN

11480 La Palme

Présentation du Centre d'Hypnose de Dijon Bourgogne et Occitanie

L'hypnose est un état élargi de conscience que nous vivons chaque jour de manière involontaire :

 

- A la lecture d'un livre,

- En regardant la télévision,

- Plongé dans nos pensées (tu es dans la lune !),

- Parfois même au volant de notre voiture (tiens ? je suis déjà arrivé ?)

 

L'hypnose est un état de notre esprit, exactement comme la veille, ou le sommeil, mais différent de ceux-ci. Il s'agit donc d'un phénomène naturel.

Cet état peut être mis en évidence par l'imagerie médicale.

C'est un état dans lequel nous nous trouvons régulièrement plusieurs fois par jour suivant un rythme de 90 à 120 mn.

 

Dans cet état notre cerveau et notre esprit fonctionnent différemment de l'état de veille et cela nous permet de faire des choses impossibles à faire autrement. Quand on est dans cet état, on dit que l'on est en transe, ou dans une transe hypnotique.

Il nous arrive d'entrer spontanément en transe hypnotique quand nous regardons un film intéressant, quand nous faisons du jogging, ou quand nous conduisons sur l'autoroute, par exemple. La transe hypnotique est quelque chose de totalement naturel que nous connaissons tous sans le savoir.

 

L'hypnose n'est pas le sommeil.

Dans la transe légère utilisée en hypnose, le sujet reste toujours conscient, il entend tout, il comprend tout. Même dans des états plus profonds, alors que la conscience semble ne plus être là, l'esprit inconscient reste toujours actif, il entend et comprend ce que le thérapeute dit et il peut répondre, ce qu'il ne peut pas faire pendant le sommeil.

 

L'hypnose n'est pas la relaxation.

Bien que l'état hypnotique soit généralement perçu comme fort agréable par celui ou celle qui l'expérimente, il est tout à fait possible d'entrer en transe debout, les yeux ouverts, chez le dentiste, ou en souffrant d'une douleur persistante. Il n'est pas nécessaire d'être détendu ou relaxé pour entrer dans l'état de transe, il n'y a rien de commun entre la relaxation et l'état hypnotique.

 

Pendant ces périodes (transe hypnotique légère), il y a une modification de nos ondes cérébrales qui nous permet d'être dans un niveau de conscience différent, élargi.

Dans certains cas on "oublie" les douleurs, parfois les bruits ambiants s'atténuent ou disparaissent, parfois une forme de distorsion du temps (le temps passe plus vite).

 

C'est avec cet état de conscience élargit que nous pouvons assister à un accroissement de l'excitabilité réflexe idéomotrice, idéosensitive, idéosensorielle et donc induire les changements bénéfiques.

Prêt pour le changement ?

HYPNOSE ET DOULEUR

 Le cortex cingulaire antérieur

C’est Pierre Rainville, professeur au département de stomatologie à l’Université de Montréal, qui a le premier étudié les relations entre l’hypnose et la douleur grâce à des techniques d’imagerie cérébrale. Il a montré qu’un stimulus de même intensité physique, jugé douloureux par les sujets dans un état de veille normale et non douloureux lorsque ces mêmes sujets étaient sous hypnose, évoque des modifications d’activités dans le cortex cingulaire antérieur, une région médiale du cortex préfrontal.
Cette région est connue pour son appartenance, entre autres, à la matrice de la douleur, un ensemble de régions du cerveau dont l’activité augmente lors d’une expérience douloureuse. Stuart Derbyshire et son équipe ont,quant à eux, utilisé une suggestion hypnotique d’hyperalgésie afin de contraster les activités cérébrales évoquées par une douleur imaginée et celles d’une douleur induite sous hypnose. Ils concluent également que la sensation subjective de douleur et le sentiment désagréable qui lui est associé se reflète dans l’activité du cortex cingulaire antérieur.
Cette étude apporte néanmoins un argument clair en faveur de la véracité d’induire une douleur sans aucun stimulus physique sans que celle-ci soit imaginée ou imaginaire. Cette conclusion doit sensibiliser certains médecins ou praticiens à réviser leur avis sur des douleurs qu’ils qualifiaient jusqu’alors de factices.
Cette étude a été enrichie, entre autre, par une étude finlandaise menée par Tuukka Raij et publiée en 2005. Hofbauer a réalisé une expérience en TEP publiée en 2001, avec une suggestion portant sur la sensation douloureuse et non sur le caractère désagréable de cette sensation comme c’était le cas dans l’étude de Rainville.
Il a mis en évidence une modulation de l’activité dans les cortex somato-sensoriels et non dans le cortex cingulaire antérieur mettant ainsi en évidence l'importance de la suggestion.

Actualités

Contact

2 PROGRAMMES qui ont fait leurs preuves !

 

ARRET DU TABAC

1 séance 

150.00 euros

et à la demande

Séance renfort

50.00 euros

 

MAIGRIR SANS EFFORT

 

Programme complet 3 x 90.00 euros

 

Un mois d'intervalle entre chaque séance

 

résultats rapides, suivi assuré.

 

 Renseignements :    

 06 80 53 97 40

 

 formulaire de contact

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© HYPNOSE ET COACHING